Comment chasser un lapin

  1. Choisir scrupuleusement son terrain de chasse : Carrefour (oui oui, il y en a ici aussi. Au total, 20 à Shanghai, d’après leur site), car on trouve de tout là-bas (en tout cas, y croire très fort) !
  2. Se mettre en embuscade dans un endroit propice : le rayon viandes.
  3. Ne pas repérer de terrier de lapin.
  4. Faire donc tout le tour du rayon viandes. Ne pas hésiter à farfouiller parmi les autres bestioles présentes.
  5. Recommencer.
  6. Tenter de chercher de vieux terriers : se délocaliser au rayon des produits congelés (à ce stade là, même un lapin pas très frais est acceptable).
  7. En faire plusieurs fois le tour.
  8. Demander à un vendeur au rayon viandes.
  9. Obtenir une réponse négative.
  10. Demander à un vendeur au rayon surgelés.
  11. Obtenir une réponse négative.
  12. Demander à tous les vendeurs croisés.
  13. Obtenir des réponses négatives.
  14. Se faire finalement envoyer au rayon plats cuisinés/viandes rôties.
  15. Tenter de reconnaître un lapin au milieu des poulets, canards, etc. Miracle, ils en ont ! Mais rôti.
  16. Demander au vendeur s’il ne leur en reste pas un cru en « cuisine ».
  17. Obtenir une réponse positive.
  18. Lui demander si on peut l’acheter.
  19. Se faire prendre pour une idiote.
  20. Convaincre le vendeur et son collègue (oui, au passage, il en a rameuté un autre) que oui, je veux un lapin. Cru.
  21. Leur faire comprendre que je veux cuisiner le lapin à ma façon.
  22. Oui, je sais que la viande de lapin a un parfum fort et particulier. C’est pour ça que je veux du lapin et pas autre chose !
  23. Oui, il existe d’autres façon de faire cuire du lapin que rôti/laqué/je ne sais pas trop exactement à vrai dire quel traitement ils lui ont fait subir, mais bref, ce n’est pas comme ça que je le veux.
  24. Obtenir finalement qu’ils m’en vendent un cru.
  25. Le payer au prix du lapin rôti.
  26. Rentrer fièrement avec son trophée chez soi.

Pourquoi tenais-je tant à mon lapin ? On avait des invités ce soir à la maison, et je voulais tenter une recette trouvée sur le net, ici. C’était super bon (si jamais l’auteur de ce blog tombe sur ce billet, merci, la recette a eu un franc succès).

6 thoughts on “Comment chasser un lapin

  1. Je suis un peu déçue, je m’attendais à ce que tu t’installes sur le terre-plein devant Carrefour pour chasser le lapin, pas l’acheter.
    (chais pas pourquoi).

    • On m’a proposé, pour la prochaine fois, d’aller en chasser (pour de vrai cette fois), à l’aéroport voisin. Parce que tous les aéroports ont des problèmes de lapins.
      Mais je me vois mal y débarquer avec un fusil de chasse. Trop de gardiens.

  2. et bien moi, dans mes lointaines contrées(UK), comme le lapin est le nouveau chat au niveau des animaux de compagnie (bref tu vois ce que je veux dire), il est impossible de trouver du lapin, que ce soit au supermarché ou en boucherie… (par contre, ils pullulent en ville et à la campagne)
    Déja, du canard, je n’en ai trouvé qu’une fois au supermarché… alors du lapin…
    Par contre, il parait que ca se trouve des écureuils chez le boucher, faudrait que j’essaye… (ou en chasser, ils pullulent aussi, et c’est même pas des beaux roux mais des gris…)
    Bref, un peu marre de ma monotonie alimentaire… (et de toute façon, la viande et le poisson sont hors de prix…)

    • Sinon, il y a toujours la technique acheter un lapin de companie, l’égorger puis le dépecer.
      Quand on était gamins (on habitait alors à Hong Kong), on avait des lapins à la maison. Un jour, partant en vacances, on les a laissé en garde chez des amis. Au retour, plus de lapins. « Ils sont morts », d’après les amis. Maman les soupçonne toujours d’avoir fait un bon repas, plutôt.
      Du canard, c’est assez courant par ici. Je me souviens d’une époque ou on mangeait du canard tous les WE, parce que papa avait trouvé quelqu’un qui en vendait du pas cher dans les environs, et qu’il en achetait à chaque fois en allant courir.
      Par contre, pour l’écureuil, je n’ai encore jamais goûté. Faudra que tu racontes ça si jamais tu t’y met !
      Il ne te reste plus qu’à mettre des pièges dans les rues aux alentours de chez toi.

  3. Manger de l’écureuil! Espèce de sauvages!
    Mais je dois avouer que la mésaventure du lapin au supermarché n’est pas mauvaise 🙂

    • Rassure toi, je n’ai encore jamais croisé de viande d’écureuil sur les marchés, ni sur la carte des restaurants. Pourtant, ici, les gens sont plutôt aventureux.

Laisser un commentaire