J’ai participé à une course de bateaux-dragons

Bateau-dragon

Bateaux au repos, prêts pour les différents équipages.

Samedi dernier, je me suis levée aux aurores pour aller participer à une course de bateaux-dragons. En effet, il y avait eu 6 désistements pour l’équipage de la résidence, et j’ai donc sauté sur l’occasion pour tester cette discipline.

Le bateau dragon est une pirogue avec une tête de dragon à la proue. Elle embarque plusieurs pagayeurs (nous étions dans un très petit bateau, avec seulement 10 pagayeurs, mais les plus grands peuvent en comporter plusieurs dizaines, généralement 20). Nous sommes assis sur 2 rangées, et faisons face à la direction ou nous allons. A la tête de chaque bateau se trouve un grand tambour avec son batteur, dont le rôle est d’imprimer le rythme à l’équipage. Et à la queue se trouve le barreur. En l’occurrence, ce jour-là, le barreur venait avec le bateau, le tout mis à disposition par l’organisation de la course. Il semblerait que l’organisation de la course a eu marre des barreurs inexpérimentés, et des bateaux qui faisaient n’importe quoi.

Dragonboat

Où l’on nous donne notre place dans le bateau ainsi que les différentes consignes, et nous apprends à pagayer.

Il semblerait que l’origine du bateau-dragon remonte à il y a plus de 2500 ans (à peu près l’époque des JO en Grèce), dans le delta du Yangtsé, et que des courses de bateaux-dragons aient été organisées sans interruption depuis cette période. Il s’agissait à l’origine d’un rituel célébrant le dragon, divinité aquatique faiseur de pluie, afin d’obtenir de bonnes récoltes. Il semblerait qu’initialement, il s’agissait d’ailleurs plus de combats que de courses, et la rumeur dit que ceux qui tombaient à l’eau n’étaient pas secourus, et considérés comme des sacrifices pour le dieu dragon. Cependant, ceci n’a jamais été prouvé, et ce trouve même contraire à la légende racontant l’origine de cette tradition.

La légende relatant l’origine de ces bateaux est celle de Qu Yuan, un poète et ministre de l’époque des Royaumes Combattants (475-221 BC). Qu Yuan était un loyal ministre de l’état de Chu. Malheureusement, d’autres ministres jaloux de sa personne commencèrent à le diffamer, et l’empereur fini par l’exiler, sous l’influence de ceux-ci.

En 278 BC, apprenant l’invasion de l’état de Chu par celui de Qin (qui finit par unifier les différents états dans ce qui devint la Chine – le mot Chine d’ailleurs vient de Qin – mais ceci est une autre histoire), se suicida dans la rivière Miluo. Les habitants du lieu, l’appréciant beaucoup, se précipitèrent sur le fleuve en apprenant la nouvelle, pour tenter de le sauver. Ils frappèrent l’eau avec leurs pagaies et utilisèrent des tambours afin d’éloigner les poissons et les mauvais esprits de son corps. Mais ils arrivèrent trop tard. Du coup, ils se sont mis à jeter du riz dans l’eau. Certaines légendes disent que c’était pour nourrir son corps, d’autres que c’était pour nourrir les poissons, afin que ceux-ci ne dévorent pas le corps de Qu Yuan.

Dans tous les cas, il est dit qu’une nuit, l’esprit de Qu Yuan apparut à ses amis, leur disant que le riz était mangé par un immense dragon, et n’atteignait donc pas son destinataire. Il leur recommanda donc de l’envelopper dans des petits paquets de soie, afin que le dragon ne le mange pas, ce que firent les habitants du village.

Depuis, lors de la fête des bateaux-dragons (le 5e jour du 5e mois lunaire, soit en juin et pas du tout en octobre – la course à laquelle j’ai participé n’était pas du tout pour la fête, juste pour le sport), il est de coutume d’organiser des courses de bateaux-dragons en souvenir des villageois se précipitant pour sauver Qu Yuan, et de manger des zongzi, petits paquets de riz enveloppés dans des feuilles de bambous.

Dragonboat

En route pour la ligne de départ.

En ce qui concerne cette course-ci, il s’agit d’une grande course avec toutes sortes de participants, allant du presque-pro (plusieurs entreprises ont des équipes s’entraînant régulièrement, pour les représenter lors de ces évènements) aux touristes (nous).

La course était faite sur 300m, la longueur parfaite j’ai trouvé pour pouvoir être à fond tout du long. Les bateaux partent par 6, et sont chronométrés. Justement, notre résidence avait réussi à réunir 6 équipages, entre le staff, les résidents et les différentes entreprises du complexe, nous permettant de nous faire notre petite course entre nous, dans la course (et ne pas nous démoraliser en nous affrontant aux spécialistes).

Et ils avaient fait les choses en grand, avec remise de médailles (mon bateau était malheureusement arrivé 4e sur 6, au pied du podium, et nous n’avions donc rien eu), et même présence des pompoms girls !

Je dois dire que si j’étais un peu inquiète au début de la journée, me demandant dans quelle galère je m’étais lancée, j’ai adoré. L’ambiance était chouette, les gens sympa, il faisait beau. La course en elle-même était plutôt intensive, et nous étions ultra motivés pour. Et même si les résultats n’étaient pas au rendez-vous, je me suis bien amusée pendant et ce fut une expérience intéressante. Du coup, si on me le propose à nouveau l’année prochaine, je crois que j’y participerais encore !

Dragonboat

Les pompoms, célébrant le vainqueur.

Edit : voici une nouvelle photo, envoyée par l’organisateur, ou vous pourrez admirer d’un peu plus près notre belle brochette de (non) vainqueurs. J’ai tenté d’ajouter quelques informations quant aux rôles dans le bateau, mais ce n’est pas facile d’écrire avec sa souris !

Dragonboat

Laisser un commentaire