De Singapour à Bangkok en train

Eastern & Oriental Express

Pour fêter de belle manière la fin de l’année 2013, et le début de l’année 2014, nous avons donc choisit de faire un voyage à bord du Eastern & Oriental Express. Ce voyage nous aura non seulement permis de profiter d’un fantastique train, mais aussi de traverser et découvrir des régions qui valent le coup d’œil.

Nous sommes donc partis le 29 décembre 2013 de Singapour, pour arriver le 2 janvier 2014 à Bangkok. Chaque jour, une escale avec excursion était prévue, pour pouvoir profiter un maximum des lieux traversés. Nous aurons ainsi pu voir Georges Town et son passé colonial, découvrir comment les singes apprennent à cueillir des noix de coco, et nous remémorer le passé parfois tumultueux de la région en traversant le pont sur la rivière Kwai et visitant le musée et cimetière de guerre de Kanchanaburi, tout en n’oubliant pas de fêter la nouvelle année.

Mais il y aurait bien trop à dire pour un seul article, et je me laisse donc le loisir de décrire ces expériences en long, en large et en travers dans de futurs articles.

Mais même sans tout cela, rien que les paysages traversés lors de se voyage valaient le coup. Jungles luxuriantes, champs avec leurs buffles, cocotiers, petites stations de provinces, villages et temples malais et thaïlandais, j’aurais pu passer des jours encore à tout admirer, et j’ai bien profité lors de ce séjour de la plate-forme d’observation.

Malheureusement, l’hiver est la saison de la mousson en Malaisie, et même si nous n’avons finalement pas eu beaucoup de pluie, le ciel était bien souvent gris. Mais en contrepartie, il faisait légèrement plus frais, ce que vous ne verrez cependant pas sur les photos.

Je dois avouer que j’étais un peu inquiète au départ du train, à l’idée de passer 5 jours sans être connectée. Il faut dire que pour  une grosse accro comme moi à internet, l’idée d’être coupée du monde tout ce temps-là m’a donné des sueurs froides. Et pourtant, une fois partie, cela ne m’aura pas du tout manqué.

De plus, j’étais beaucoup plus habituée aux voyages intensifs, ou l’on visite un maximum de choses en un minimum de temps, et j’ai eu un moment de doute à l’idée d’être coincée dans un rythme plus lent. M’ennuierai-je ? Vais-je finir par tourner en rond dans un « simple » train ?

J’étais cependant bien loin de la vérité. En fin de compte, j’ai adoré avoir le temps de prendre mon temps, et de ne pas être sans arrêt distraite par une notification ou un nouvel article à lire. Ce voyage m’aura appris une nouvelle manière de voyager, et depuis, j’essaie toujours de laisser de l’espace et des instants de respiration dans mes plannings de voyage. Et m’étant rendue compte que je pouvais survivre sans être connectée, je suis beaucoup plus relax à l’idée de couper par exemple mon téléphone de temps en temps, histoire de faire une petite pause. Je recherche même aujourd’hui ces instants de pause, alors que j’avais tendance à les fuir auparavant.

Laisser un commentaire